FEUILLES DE PRINTEMPS POUR LA PRESSE

Il en est ainsi dans la presse, des feuilles nouvelles poussent régulièrement sur des troncs anciens. Cela peut se produire à toute saison, mais c’est un printemps pour les titres qui se font un « lifting ». C’est un rajeunissement, un rafraîchissement des maquettes, un anti-rides pour les papiers froissés et usés par l’habitude. Plus vulgairement on pourrait dire qu’il s’agit d’un ravalement de façade, car dans de rares cas, c’est uniquement cela. Mais c’est le moment de changements qui peuvent être plus profonds avec l’arrivée de nouvelles rubriques, de signatures décapantes. La pagination peut être augmentée… ou réduite.

À chaque fois, durant quelques semaines un judicieux marketing présente les plus belles facettes du nouveau bébé. Et, le plus souvent, les ventes enflent un temps.

La presse vit dans son temps

Pourquoi ces changements ? Parce que la presse vie ! Tous les quotidiens, les hebdomadaires changent régulièrement pour suivre les évolutions de lecture et les envies du lectorat. Ce lecteur qui désormais suit les actualités en « multi-supports », papier, tablettes, smartphone (de plus en plus) et ordinateur. Inutile de préciser que le monde riche en images domine le texte court. Le lecteur vieillit. Doit-on augmenter la taille des caractères pour lui faciliter la lecture ? Et les jeunes, comment les séduire ? Il faut des efforts d’imagination pour une tranche d’âge, les 18-24 ans, qui délaisse le papier !

Heureusement les créateurs de presse peuvent avoir de la créativité à revendre. Ils inventent des polices de caractères, osent la couleur là où on ne l’attend pas. Ils travaillent la photo par des positionnements et des entourages inédits.

Trois titres de presse populaire se font une beauté

En quelques semaines trois titres ont sacrifié de l’ancien pour du nouveau. Bien sûr aucun n’a coupé avec ses racines. Serait bien fou celui qui romprait avec son passé !

Paris-Match, par exemple a même ouvert les tiroirs de son extraordinaire photothèque. L’hebdomadaire publiera chaque semaine des moments du passé de sa longue histoire de grand reportage avec des photographies magnifiques. En plongeant dans ses archives, Match honore son slogan : « Le poids des mots, le choc des photos ». Une nouvelle pagination pour une meilleure mise en valeur des articles essentiels, qui n’hésitent pas à être étoffés. Ce ne sont pas des “petits riens”.

On a connu des nouvelles formules qui étaient de vrais bouleversements. Par exemple celle du Libérationtendance Mao à la formule sociale-démocrate. Une vraie nouvelle formule dans tous les domaines. Moins radicale, mais historique, l’arrivée de la photographie dans Le Monde. Changement accompagné d’une réduction drastique de la longueur des articles. L’ensemble avait surpris et interrogé les lecteurs.

Le Groupe Nice-Matin (Nice-Matin, Var Matin, Monaco Matin) lance a lancé une nouvelle formule de son titre phare Nice-Matin. Ce n’est pas seulement une nouvelle maquette, par ailleurs plus « blanche ». La pagination est accrue pour des informations davantage traitées sur le fond promet le rédacteur en chef. Des enquêtes, des interviews dont certaines « d’intérêt national. » Il est vrai que l’important ne peut être que parisien. Nice-Matin était déjà l’un des quotidiens de la presse quotidienne régionale (PQR) les plus épais avec 60 pages. Il pourra se voir ajouter 16 pages si nécessaire. Des nouveaux thèmes et des nouveaux rendez-vous pour attirer des nouveaux lecteurs, notamment les jeunes. Aujourd’hui la moyenne d’âge du lectorat est d’environ 64 ans.

Le Parisien met fin à une particularité qui, en Île-de-France, le rapprochait pour partie de la PQR : les cahiers départementaux. Désormais, pour suivre les évolutions de vie et celles de la politique, l’heure est au Grand Paris. Il est vrai que pour beaucoup les habitant des 92, 93 et 94… se sentent parisiens ou du moins vivent en tant que parisiens. Ce mouvement est aussi celui d’une métropole qui évolue, à l’instar des grandes métropoles européennes. Comme Paris-Match et Nice-Matin, Le Parisien souhaite se rapprocher de ses lecteurs en proposant les informations d’une manière à ce qu’elles résonnent dans la vie quotidienne de ses lecteurs. Une présentation « plus proche de la vie de tous les jours » pour laquelle les journalistes auront en tête la phrase magique à suivre à la lettre : « En pensant à vous ».

Des nouveaux habits qui peuvent rapporter gros

On se demande toujours avec étonnement comment les générations précédentes, sans le bénéfice de cette « révolution » de la proximité, ont pu s’informer avec plaisir tout en ayant le sentiment de mieux comprendre le monde. Ce qui, en conséquence, a fait le bonheur des éditeurs qui, durant des années, ont connu des tirages dont ils n’osent plus espérer le dixième… Mais c’était un autre monde où l’on n’imaginait pas l’arrivée, tonitruante et chaotique, de l’écriture inclusive. Et surtout qu’elle serait débattue dans les colonnes des journaux. Tiens d’ailleurs, en cinq colonnes à la Une, un beau titre qui commencerait ainsi ” CELLEUX DES DÉPUTÉ-E-S… ferait-il bondir les ventes ?

Enfin, dans une concurrence accrue et sans pareil, si la formule des mots plus proches obtient une relance de l’intérêt à lire, quel amoureux de l’information s’en plaindra ? Notons que cet effort du Groupe qui appartient à Bernard Arnault – également propriétaire du quotidien économique Les Échos – n’est pas nouveau. Début octobre 2020, Le Parisien Aujourd’hui en France avait lancé une nouvelle formule de son magazine Week-End.

On peut noter que les nouvelles formules se lancent au moment même où les prétendants aux empires de presse et de télé, Bernard Arnault, Vincent Bolloré et Arnaud Lagardère sont en plein combat. Avant la redistribution finale qui s’annonce, chacun fait briller ses atouts de la manière la plus éclatante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get Adobe Flash player