JOURNALISME DE PROXIMITÉ OU “PAPARAZZINFORMATION” ?

Capture d’écran 2019 11 18 à 09.36.40 644x515 - JOURNALISME DE PROXIMITÉ OU "PAPARAZZINFORMATION" ?
François Bayrou en plein exercice de jeter de veste… un sport béarnais inédit.

En sa bonne ville de Pau, François Bayrou reçoit le premier ministre Édouard Philippe, tous deux sortent de voiture et d’un pas alerte se dirigent vers l’entrée de l’hôtel de Ville. À mi-chemin, François Bayrou (@bayrou), peut-être surchauffé pour l’occasion, ôte son manteau et d’un geste prompt et assuré – est-ce par l’habitude ? – le jette à une personne que l’on ne verra pas sur les images filmées par un reporter du quotidien Sud-Ouest (@sudouest). Nous apprendrons, par un tweet du maire, que la réceptionnaire est son attachée de presse : « Je suis sorti de la voiture et j’ai lancé mon manteau à mon attachée de presse qui m’a fait un signe pour l’enlever. Il n’y aucun mépris là-dedans. C’est une attitude inimaginable au regard du rapport totalement fraternel et amical que j’ai avec mes équipes proches. » Il est vrai que, quelques instants plus tôt, François Bayrou fait le geste de boutonner son manteau, cela n’empêchera en rien l’effet dévastateur de la vidéo, notamment sur les réseaux sociaux. Alors que doit-on voir ? Un geste désinvolte, grossier, de nature “princière” ? Une réponse “d’obéissance” à une collaboratrice qui veille à sa bonne tenue pour une image valorisante ? Une évidence s’impose : aujourd’hui, un reporter d’un grand quotidien régional (de qualité), fait tourner son smartphone en mode caméra quand il “couvre” des personnalités politiques. Pourquoi pas ? Est-ce pour capter un beau mot, un geste intéressant ? Peut-être bien, car le site internet de Sud-Ouest a immédiatement publié ces images de “journalisme de proximité” (c’est la devise du quotidien). Il y a peut-être un double effet désastreux de la séquence. François Bayrou, homme politique expérimenté, aurait pu – aurait dû ? – éviter de balancer ainsi son manteau et le confier de manière plus élégante à son attachée de presse, c’est certain. Et puis, dans le contexte politique et médiatique du temps, voir des membres de l’opposition municipales et des adeptes des réseaux sociaux – ces derniers masqués pour anonymat pour la plupart – se moquer et en tirer des exégèses aussi rapides que légères, on peut ressentir un sentiment étrange. L’audience du site .fr du quotidien y a largement gagné et grand bien lui fasse quand on aime la presse. Mais n’y a-t-il pas danger avec ces images “émotion” à passer du journalisme de proximité à la “paparazzinformation” ? Le débat est ouvert ! Pour que l’on continue à garder confiance dans les médias et le personnel politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Get Adobe Flash player