TOLBIAC : LE MENSONGE RÉVÉLÉ

Libération, qui – comme la majorité des médias – avait dès le début de la rumeur fait preuve de prudence et – comme peu l’avaient fait – publié (dans une réponse de son CheckNews) les démentis de la préfecture de Police et de l’AP-HP a publié le 24 avril au soir un long article qui clos « l’affaire » : il n’y a pas eu d’étudiant blessé, dans le coma ou mort lors de l’intervention des forces de police évacuant la faculté de Tolbiac.

Il ressort, c’était prévisible (voir mon article du 21 avril sur danielchaizedotcom.wordpress.com « Rumeur morbide et intéressée sur le coma d’un étudiant de Tolbiac ») que le témoin principal, la militante de La France insoumise Leila particulièrement mise en avant par Le Média, le médiaTV du parti de Jean-Luc Mélenchon, a tout simplement menti. Contactée par le quotidien elle reconnaît avoir menti… tout en continuant d’affirmer qu’il y a bien eu un blessé grave. Mais elle ne l’a pas vu. Et, comme explication absolument surréaliste d’ajouter : « Je ne suis pas un témoin visuel. Les témoins ne veulent pas parler aux médias, c’est pourquoi nous relatons les faits ». À propos de témoins, les deux autres souvent cités dans les sites relayant à qui mieux-mieux la rumeur… sont introuvables. L’un d’entre eux se présentait comme s’appelant Désiré… Un prénom bien porté. Ainsi il suffit de dire « Je n’ai rien vu, je vais donc vous dire tout ce que j’invente et j’appelle cela les faits… » pour être cohérent dans l’esprit de cette jeune femme. La cause étudiante qu’elle défend ne va probablement pas y gagner. Espérons que la séquence sera projetée et discuter dans les écoles de journalisme car c’est bien un cas d’école. Sur les témoins retenus « pour l’émotion », sur l’absurde micro-trottoir de circonstance, sur l’impérative urgence qui amène a diffuser tout de suite « ce qu’on ramasse » comme bribe d’information. Nous sommes dans l’emballé, c’est pesé et vendu évidement sans recherche d’autres sources et sans croisement entre elles. Tout cela à l’heure des fake news dont on voit bien que certains militants usent avec, sinon avec intelligence, du moins avec une grande malignité ce qui devrait, depuis longtemps, inviter à la plus grande prudence.

Ce que l’on peut espérer aussi, même si Hervé Kempf, le fondateur et rédacteur en chef du site Reporterre déclare à Libération : « S’il s’avère que les témoignages ne sont pas fiables, on le dira. » et si son média publie ce jour un article titré sobrement « Tolbiac : le point sur l’affaire » avec cette première phrase : « Disons-le tout net : après trois jours d’enquête, les témoignages décrivant comment la police aurait causé un blessé grave lors de l’évacuation de la faculté de Tolbiac, vendredi 20 avril, se révèlent fallacieux. », c’est une excuse, du moins une explication, de tous les médias qui sont tombés dans « le piège » de la rumeur. Qu’ils nous précisent quelle leçon ils vont en tirer pour éviter une récidive. Car il y a quand même eu faute professionnelle ! Que vont dire Marianne, Politis, deux hebdomadaires reconnus. Que va dire Le Média une nouvelle fois pris la main dans le sac de l’indépendance orientée alors qu’il s’est construit contre les médias menteurs (il est vrai que sa rédaction a subi une hémorragie notable de son équipe fondatrice dès les premières semaines) ?

Cette séquence médiatique disséquée est importante, pas tant par son sujet évidemment politique car ce pourrait être sur un tout autre événement, mais parce qu’il s’agit du difficile métier d’informer et de l’attention à demander aux lecteurs, désormais pour certains producteurs d’informations lorsqu’ils les partagent sur les réseaux sociaux. Il est nécessaire de bloquer à la source les manipulations intentionnées et c’est aussi le rôle des médias et des lecteurs. Surtout quand on sait que certains « militants » d’un genre nouveau ne se priveront pas d’agiter systématiquement le pire. Au prix du faux, s’il le faut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get Adobe Flash player